Notre nouvelle revue cotonnière est en ligne. Retrouvez la dans la page 'Publications'. En raison du COVID-19 notre filière subit de plein fouet une terrible crise. Toutefois, comme vous le verrez à la lecture des différents articles que nous publions, les acteurs de notre filière font preuve d'un dynamisme sans faille. Recherche, développement, innovation, pugnacité, sont les mots qui caractérisent le mieux leur action. .

 

Tchad: les autorités suspendent la distribution de graines de coton importées

 

Retour

20/05/2019

Un champ de coton au Tchad. © Wikimedia/Domaine public

 

Au Tchad, la campagne de distribution des graines de coton pour la relance de la filière cotonnière est suspendue. Le ministère de l’Agriculture avait pourtant autorisé l’importation de nouvelles semences de coton pour combler le creux créé par la baisse de production. Les autorités sont revenues sur cette décision. Ce qui a suscité la colère chez les producteurs de coton.

Il y a un an et demi, l’entreprise singapourienne Olam rachetait 60% du capital de la Cotontchad, ancien fleuron de l’économie tchadienne qui a perdu de sa superbe. L’objectif était de relancer la filière coton qui fait vivre l’essentiel du sud du Tchad.

Après une première campagne compliquée, le groupe singapourien a décidé cette année de frapper fort en important notamment des semences du Cameroun qui présente les mêmes similitudes que le Tchad. Les autorisations nécessaires ont été accordées et la distribution des semences a même commencé dans certaines régions avant que le ministère de l’Agriculture ne se souvienne qu’il faut tester au préalable les semences importées.

Une décision que ne comprend pas le président du Collectif des cotonculteurs, Mbontar Ndoukoyel : « Jusqu’à l’heure où je vous parle, les gens appellent pour demander : mais qu’en est-il au sujet des semences ? C’est un coup dur. Parce que là, déjà, le producteur n’a pas son programme dans ce qu’il est en train de faire. Si on ne veut pas de la culture du coton au Tchad, qu’on nous le dise ! Comme ça, chacun prend ses dispositions. »

Dans un communiqué de presse, la ministre de l’Agriculture, Mme Lydie Béassemda indique que sa décision a pour seule finalité la préservation des intérêts des producteurs par la certification des semences, même si le démarrage des cultures accuse quelques semaines de retard.

 

Source: RFI

Tree picto

Forum de l'AFCOT 2021, un pari réussi!

Tree picto

Monte Carlo 2020

Tree picto

Deauville 2019

Stars

Sites et liens utiles

Le code de la route des acteurs du coton

Annonceurs

Newsletter

Inscrivez-vous pour rester informer de l'actualité de l'Afcot.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.